Boris Aïssi

Doctorant en science, technologie et société, UQAM

Direction de recherche
Florence Millerand

Co-direction de recherche
Ewan Oiry

 

Titre de la thèse : Construction et usages d’outil de gestion : Cas du SIGRH, un outil de gestion des emoluments et soldes du personnel d’un pays en developpement

 

Les organisations publiques sont de plus en plus gérées par la « Nouvelle Gestion Publique ». Ce mode consiste à appliquer les méthodes de gestion du secteur privé, par exemple les technologies comme les outils de gestion, au public en vue de dynamiser les performances. En effet, dotés d’une infrastructure informationnelle, la conception et les usages des outils de gestion proviennent d’un processus de controverses, de jeu de pouvoirs, d’alliances, etc. Tel est le contexte du Ministère des Finances où, confrontés aux difficultés économiques, les autorités avec l’appui des partenaires financiers ont choisi la « Nouvelle Gestion Publique » comme le nouveau mode gestion. Lequel a déclenché une série de reformes dont l’adoption du SigRH, un outil de gestion, pour gérer le salaire du personnel de l’État et améliorer les performances économiques.

Ainsi, pour comprendre le processus de conception et d’usages, nous avons adopté une perspective élargie qui inscrit « SigRH » dans un contexte et dans une « lignée » d’outils (ce dernier ayant succédé à un outil précédent nommé « GesRH » (nom fictif)). L’intérêt est de remonter dans l’histoire du pays et d’identifier les outils et les manières dont les fonctionnaires étaient rémunérés en vue de révéler et de discuter des sujets cruciaux au cœur du déploiement des outils, comme le recensement des fonctionnaires pour lutter contre les agents fictifs, le détournement des salaires et le paiement des salaires effectifs. A cet effet, nous proposons un cadre conceptuel qui contribue à plusieurs champs de la littérature en Sciences, Technologies et Société, Sciences de la Gestion et Communication.

Ce contenu a été mis à jour le 22 février 2021 à 10 h 48 min.