Marie-Soleil Fortier

Étudiante à la maîtrise en Science, technologie et société, UQAM

Titre : Le rapport à la technique des amateurs. Le cas des réparateurs et collectionneurs d’appareils radio anciens

L’objet de ce mémoire de maîtrise provient d’un intérêt porté aux pratiques créatives et à l’appropriation des technologies par les citoyens. Dans le cadre de ce projet, nous traiterons particulièrement des pratiques des amateurs de radios anciennes. Les participants à la recherche ont été recrutés au sein de la Société québécoise des collectionneurs de radios anciens (SQCRA).

Nous émettons l’hypothèse que ces passionnés participent à la conservation physique et historique des radios, ainsi qu’à la mise en commun des connaissances relatives à celles-ci.

Deux constats soutiennent cette hypothèse. D’abord, une revue de littérature en Science, technologie et société nous a permis de prendre connaissance d’un axe de recherche portant sur l’apport aux connaissances des amateurs. Bien que ces travaux concernent principalement les sciences participatives, ils offrent une méthodologie pertinente à l’étude des pratiques amateurs. Ensuite, notre connaissance de l’important apport des groupes bénévoles dans le domaine de la sauvegarde patrimoniale nous porte à croire que la SQCRA pourrait s’inscrire dans une telle mission. Nous souhaitons donc connaître la nature de cette contribution sociale en examinant les deux principales dimensions de ces pratiques, soit le collectionnement et la réparation.

Afin de rendre compte de ces pratiques bénévoles et volontaires, il nous semble adéquat, avant toute chose, (1) d’examiner le rapport particulier aux radios en mobilisant le cadre théorique de la passion cognitive et de la sociologie des attachements. Ensuite, (2) en utilisant les outils proposés par le cadre de la communauté de pratique, nous observerons les moyens utilisés afin de mettre en commun leurs connaissances et expériences individuelles. Finalement, (3) après analyse des résultats, nous pourrons situer ces pratiques dans le champ social.

Pour y parvenir, nous utiliserons des méthodes qualitatives. D’une part, nous procéderons à des entretiens semi-dirigés d’environ une heure avec une dizaine de participants, afin de comprendre en profondeur, à travers leur récit, la singularité de leur rapport à l’histoire, à l’esthétique et au fonctionnement des récepteurs radio précédant la création du transistor. Les entretiens auront comme but de faire ressortir leur attachement pour les radios, l’aspect collectif de leur pratique et leur façon de concevoir leur pratique. De plus, une analyse de contenu à partir des informations sur le site web de la SQCRA et de leur revue Radiophilie complémentera l’analyse.

Projet financé par une bourse à la maîtrise du CIRST et une bourse de formation à la recherche MITACS.

Ce contenu a été mis à jour le 22 février 2021 à 13 h 05 min.